Ski de fond
Retour sur les incidents de course à Beito
 
 
 
 
 
Mardi 17 novembre 2015
 

Pierre Mignerey revient sur deux faits de course lors des épreuves de Beitostolen

 
Lors des épreuves en classique de Beitostolen, le jury de course a pris des décisions de disqualification pour Martin Sundby et de déclassement pour Maiken Caspersen Falla.

A partir de ces deux cas, il était intéressant de se faire repriser les règles qui doivent être respectées particulièrement dans les courses en classique.
 
La disqualification de Martin Sundby lors du 15km classique
< Revoir la vidéo
Dans les courses en classique, certains virages sont lissés d'autres tracés. Qui prend la décision ?
La décision se prend la veille de la course dans une concertation entre les orgasinateurs et le jury. Le rayon de courbure du virage et la vitesse avec laquelle les coureurs l'aborderont sont déterminants. Le coureur doit pouvoir skier dans la trace.

Il peut y avoir des difficultés d'appréciation...
Il faut prendre en compte le fait que les filles et les hommes emprunteront la même piste avec des vitesses qui peuvent être différentes.
D'autre part, la décision étant prise la veille, on peut se retrouver le lendemain matin, avec des conditions de neige plus ou moins rapides. Le jury peut être amené à détruire ces traces le matin de la course.
Enfin, la piste peut se dégrader avec le passage des concurrents.

Quel pas peut-on utiliser dans un virage ?
Si le virage est sans traces, on utilise le pas tournant ou le dérapage.
Si le virage comporte des traces, le pas tournant avec poussée des jambes est interdit. Par conséquent, il est impossible de tourner sans être dans les traces.


Dans le cas de Sundby ?
Dans le virage de la vidéo ci-dessus, Martin Sundby fait du demi pas de patineur. Il était logique qu'il soit sanctionné car c'est une technique qui lui a fait gagner du temps.

La sanction a été très rapide. A peine arrivé, Sundby qui avait réalisé le meilleur temps a vu son nom disparaître des écrans.
Depuis les décisions adoptées au congrès FIS du mois de juin, deux membres du jury dont le DT peuvent prendre des sanctions aux infractions à la technique classique sans consulter l'athlète et sans apporter de preuve vidéo.
C'est la raison pour laquelle, dans le cas de la disqualification de Sundby, le jury a pu prendre sa décision avant que le coureur n'ait fini la course. Dans le cas d'une course longue, si l'infraction est commise assez tôt, le jury peut prévenir le coach qui décide d'en informer ou pas le coureur.


Sur le choix des sanctions, qu'en est-il ?

Les membres du jury se réfèrent à une charte que nous avons établie. Cette charte la voici

Dans le cas de Sundby, si on suit la charte ci-dessus, voilà ce que cela donne :
Infraction au règlement ou incident de course > infraction au règlement
Avantage pour le coureur > oui
Est-ce une faute intentionnelle ? > on peut admettre qu'on ne le sait pas
Avait-il la possibilité d'agir de manière différente ? > oui
Donc sanction appliquée = disqualification
 
Le cas de Maiken Csapersen Falla lors du sprint classique
Pourquoi est-elle fautive ?
Maiken change de trace alors qu'elle était derrière Astrid Jacobsen. Elle en avait parfaitement le droit mais elle se rabat juste devant Ingvild Oestberg et rentre en contact avec elle. Donc, elle fait une faute que les juges sanctionneront par une rétrogradation de la 1ère à la 6ème place de la finale.

Et si elle n'avait pas touché les skis d'Ingvild ?
Si elle avait ralenti Ingvild dans sa progression sans la toucher, elle aurait aussi été pénalisée. C'est une obstruction. Northug a souvent été pénalisé pour ce cas précis. Il rentrait dans la trace sans problème mais coupait son effort immédiatement. C'est pénalisable.

Si vous souhaitez voir la vidéo du sprint (aller à 1'55")
 
Va-t-on vers des décisions plus sévères lors des prochaines courses internationales ?
Pour les infractions à la technique classique, c'est certain... car nous avons maintenant les moyens de réagir plus rapidement et plus efficacement que dans le passé. Par ailleurs, les représentants des athlètes et les coachs nous ont clairement demandé d'être plus stricts.
Ces règles s'appliquent-elles à tous les niveaux de course, de l'international au régional ?
Le RIS (Règlement International du Ski) s'applique à toutes les courses FIS et par voie de conséquence, à toutes les courses FFS.