Ski de fond
Beitostolen > libre
 
 
 
 
 
Samedi 14 novembre 2015
 

Toute l'équipe française à Beitostølen a été fortement marquée par les évènements d'hier à Paris. Une minute de silence a été observée avant le départ des courses.

 
Jean-Marc Gaillard
 
Jean-Marc Gaillard : "Nous avons vécu une nuit très spéciale. On avait l'impression qu'elle ne finirait jamais. C'est jamais facile de trouver les mots quand ces choses se produisent. Moi je pense très fort à toutes ces victimes françaises. C'est une honte. Je ne parle pas que pour la France, la France, le monde entier, tout le monde est inquiet. Ca va être difficile de courir aujourd'hui. Il nous faut juste essayer de nous concentrer sur ce que nous sommes venus faire ici."
 
 
Matthias Forestier, kiné : "Nous sommes tellement tristes. Toute l'équipe est terriblement triste. Nous nous posons tellement de questions, mais nous n'avons pas de réponse. La plupart du groupe n'a appris la nouvelle que ce matin, au réveil. Nous avons beaucoup parlé entre nous en cherchant des informations sur le réseau."
 
Erik Røste : "Au nom de la Fédération norvégienne de ski, je voudrais exprimer notre plus profonde sympathie pour la France qui a subi les attentats horribles qui se sont déroulés à Paris, où des gens totalement innocents ont été victimes. J'ai aussi demandé à l'encadrement de l'équipe si elle était d'accord pour que nous fassions une minute de silence avant le départ.
Je tiens à exprimer notre plus profonde sympathie à l'équipe française et au peuple français. Nous sommes une grande famille. Ce qui vous affecte, nous affecte."
 
 
Robin Duvillard : "Un très bon jour sportif pour moi, mais un très mauvais jour pour la France et le monde en général...."