Biathlon
Martin Fourcade reçoit la presse chez Rossignol
 
 
 
 
Mardi 4 novembre 2014
 
Une journée presse bien remplie pour Martin Fourcade
 
S'il fallait se convaincre de l'aura qui entoure Martin Fourcade, il suffisait de vivre la journée presse qui était organisée ce lundi sur le stade de Corrençon puis dans les locaux de Rossignol, son équipementier.
Pas moins de six équipes de télévision 6 équipes de TV présentes (TF1, France 3 Alpes, France 3 National (Tout le Sport), BFM TV, L’Equipe 21 et Guillaume Pivot freelance.), de nombreuses radios et la presse écrite avaient été conviées par Cathy Lallement, la sympathique attachée de presse de Martin. Tous avaient répondu présents car, au-delà de ses performances sportives, Martin est "un bon client" comme l'affirmaient certains journalistes. Ils avouaient même que c'était certainement le skieur, toutes disciplines confondues, qui intéressait le plus les programmateurs des chaînes pour déclencher un reportage.

Au cours de la matinée, devant une dizaine de caméras, Martin Fourcade a tout d'abord réalisé l'entraînement prévu à son programme dans des conditions relativement difficiles puisque les rafales de vent balayaient le pas de tir de Corrençon. Tombant d'un ratelier, sa carabine a même été endommagée, crosse cassée. Puis, il a répondu tour à tour aux questions des journalistes en étant disert et précis comme il sait le faire.

Toute la caravane a alors pris la route vers St-Jean de Moirans pour la suite du programme prévue dans les magnifiques locaux de Rossignol. Là, on a pu voir une autre facette de Martin. Très "classe" (rappelons qu'il a été sélectionné par GQ parmi les 3 sportifs de l'année), il a joué son rôle d'ambassadeur de la marque Rossignol.

Avec Bruno Cercley, président du groupe Rossignol, il a dévoilé sa vitrine complétée de ses trois médailles olympiques de Sotchi (deux or et une argent) et des quatre globes de cristal dont celui du général, le troisième de sa carrière. Bruno Cercley a insisté sur le rôle primordial que joue Martin dans l'évolution technique du matériel au sein de sa firme. Puis, le biathlète a répondu à quelques questions de Bruno Dusser, responsable du marketing, signé quelques autographes pour les salariés du groupe, et enfin, après une visite de l'usine, s'est soumis à une longue série d'interviews de tous les journalistes présents.

Le soir même, il inaugurait un espace Rossignol chez Altiplano à Villard-de-Lans.
Parmi les infos recueillies


Martin avouait que la mononucléose lui avait fait prendre un mois et demi de retard dans sa préparation physique mais que sans paniquer, il avait largement compensé dans d'autres secteurs par rapport à ses adversaires : il a progressé en tir, il a été plus sérieux encore dans le respect d'une bonne hygiène de vie, d'une bonne diététique, dans la qualité de ses étirements et de son sommeil. "Depuis la mi-septembre, j'ai de bonnes sensations et j'ai pu augmenter mon volume d'entraînement. Et maintenant, je peux me donner à 100%."

Il sera au départ de la première coupe du monde à Oestersund et c'est là qu'on verra réellement où il en est.

Il ne s'alignera pas sur les sélections des coupes du monde de ski de fond en ce début de saison mais n'a pas tiré un trait sur l'idée. François Faivre lui laisse d'ailleurs la porte ouverte et il fera en fonction de son état de forme au début 2015.

Il n'a pas non plus abandonné l'idée d'aller vivre quelque temps en Norvège. Ce sera pour une période de six mois ou plus l'été prochain. Il ne part pas pour rechercher une autre façon de s'entraîner car il pense qu'actuellement, il connaît ce qui fait de mieux.

"C'est plus un projet personnel que sportif, même si je vais là-bas pour m'entraîner et que je ne prends pas ça à la légère. Je n'ai pas fait Erasmus quand j'étais étudiant, alors comme j'ai les moyens et l'opportunité de le faire, on a programmé cela avec ma compagne. J'ai envie de découvrir une autre culture, avec des athlètes de haut niveau."

A la question sur sa motivation à continuer, lui qui a tout gagné, Martin répond qu'il a trop de satisfaction à vivre son sport pleinement et sainement au-delà des titres et des médailles. Mon objectif premier est de m'imposer dans toutes les compétitions sur lesquelles je vais me présenter.
Martin à l'entraînement hier matin
Entraînement sous les caméras
Interviews
Un seul point noir dans cette journée : crosse cassée
Bruno Cercley et Martin dévoilent la vitrine avec les nouveaux trophées.
Martin : "Ils sont plus en sécurité ici que chez moi..."
C'est donc l'intégralité de son incroyable palmarès qu'il est désormais possible d'admirer au siège de Rossignol :

> Ses 3 gros globes de cristal du classement général de la Coupe du Monde
> Ses 10 petits globes de cristal : vainqueur du classement de la Coupe du Monde de Sprint (2012, 2013 et 2014), de la Poursuite (2010, 2012, 2013 et 2014), de la Mass Start (2013 et 2014) et de l'Individuel (2013)
> Ses 2 médailles d'or (Poursuite et Individuelle) et sa médaille d'argent (Mass Start) olympiques de Sotchi 2014. Sa médaille d'argent olympique (Mass Start) de Vancouver 2010
> Ses 12 médailles mondiales : cinq en or, six en argent et une en bronze

Les skis Xium skate 193 S1 et les chaussures Xium Premium Skate, avec lesquels il s'est paré d'or olympique à Sotchi sont également présentés.

Bruno Cercley, le Groupe Rossignol est honoré et fier d'avoir pu accompagner Martin Fourcade dans la concrétisation de son rêve olympique et se réjouit de le soutenir dans ses prochaines conquêtes. : "C'est une histoire de plus de 10 ans entre Rossignol et Martin. Nous avons su créer ensemble une vraie relation de proximité et de confiance concrétisée par des résultats tout simplement exceptionnels. Nous avons une grande expertise dans le développement des produits, mais c'est une grande chance d'avoir quelqu'un comme Martin capable de nous transmettre ses sensations pour nous permettre d'améliorer continuellement notre matériel. Je saisis cette occasion pour, encore une fois, le remercier de sa confiance."

Martin Fourcade souligne lui aussi l'importance de la relation entre l'athlète et son équipementier. "Ce qui me permet de donner le meilleur de moi-même depuis plus de 10 ans, c'est le fait de bénéficier d'un matériel performant, dans lequel j'ai confiance. Et de collaborer avec une équipe qui me permet de développer ce matériel et de continuer à prendre de l'avance sur la concurrence. Donc je suis très heureux d'entreposer mes trophées chez Rossignol."
Martin répond aux questions de Bruno Dusser.
"C'était naturel pour moi que mes globes et mes médailles soient exposés chez Rossignol.
C'est une entreprise que j'affectionne et qui me le rend depuis des années en me permettant de remporter toutes ces récompenses"

Mais une question se pose : A-t-on prévu assez grand pour cette vitrine ?
Une séance d'autographes un peu particulière
Le jour où Martin écrira ses mémoires...
Dans la partie usine toujours sous l'oeil des caméras.
Interview avec l’équipe de France TV National (Tout le Sport / David Sandona).
L'entraînement a déjà repris pour Martin...
Merci à Cathy Lallement (RP Martin Fourcade), Gaëlle Cajeux (RP Rossignol), Sylvain Mouton (Rossignol), Jean Lambret /Claire Breton (Espace Biathlon/Ski-roues du Vercors)
et évidemment à Martin Fourcade
pour m'avoir permis d'effectuer ce petit reportage sur une journée bien sympathique !