Ski nordique
La piste de ski-roues à Corrençon : derniers travaux
 
 
 
Jeudi 3 octobre 2013
 
Dernière ligne droite pour les travaux de la piste de ski-roues à Corrençon
 
Les travaux ont bien avancé à Corrençon au cours du mois de septembre. On aborde maintenant la dernière ligne droite et on se dirige vers une fin des travaux programmés pour le 18 octobre.
La société Pélissard a terminé le nivellement et le cylindrage des pistes. Le terrassement du pas de tir est fini. Les banquettes en béton pour la récupération des douilles et pour l'installation des cibles aussi bien pour le tir à 10m que pour le tir à 50m ont été coulées. Le local technique est en place incorporé dans un des talus qui bordent le pas de tir. Les bords des pistes ont été retravaillés pour retrouver un aspect aussi naturel que possible. Un apport de terre végétale a été réalisé. La société Pélissard termine cette semaine sa part des travaux en réalisant quelques enrochements pour consolider la piste ou pour modifier un des départs du parcours de golf.

La société Eurovia va maintenant terminer les travaux à partir du 7 octobre en procédant au réglage du fond de forme. Le temps estimé de cette pose est prévu pour une durée de 5 à 8 jours. On aura alors une idée précise des pentes et dévers. Les conseillers techniques valideront les profils des pistes avant le goudronnage final. Eurovia commence le coulage des enrobés le 14 octobre pour une durée d'une semaine.

par Jacques Mignerey
 
Entrée du chantier
La partie la plus basse de la piste est maintenant tracée, contournant le parcours de golf.
Toutes les pistes sont tracées, nivelées et cylindrées.
Dans quelques jours, la société Eurovia fera un apport de granulats de plus petite taille avant goudronnage.
Les essais à la plaque ont été effectués par une société spécialisée. Cette technique (décrite ici) permet de savoir si le terrassement réalisé est suffisamment stable avant de recevoir son revêtement définitif.

< La plaque est disposée sur le matériau à tester
avec une interposition d'une fine couche de sable.





Les débris végétaux vont être évacués par la société Pélissard.

Ils seront valorisés en bois-énergie
(revente du bois pour des chaufferies urbaines)
La partie la plus spectaculaire est le pas de tir qui a nécessité un très gros déplacement de matériaux.
On avait vu lors de la visite précédente le concassage sur place des roches pour l'empierrement des pistes.
Le pas de tir avec au premier plan : la banquette du tir à 50m, au deuxième plan : l'emplacement des cibles pour le tir à 10m,
au troisième plan : le drain et enfin au fond l'emplacement des cibles pour le tir à 50m .
La banquette de tir
L'emplacement des cibles à 50m qui permettra la récupération du plomb.
Derrière le terre-plein passe une piste protégée des tirs.
Le local technique caché dans un des talus du pas de tir.
Une des pistes à double sens à la sortie du pas de tir
Les mêmes pistes dans l'autre sens
Certaines pistes côtoient les chemins réservés aux forestiers et randonneurs.
La Société Pélissard va finir cette semaine sa part des travaux. Eurovia prendra le relais pour le goudronnage.
Les derniers travaux en cours pour la société Pélissard : ici des enrochements en bord de piste pour la stabiliser.
Les roches sont disposées de façon à garder un côté naturel aux abords.
Par contre ici, la piste traverse le parcours du trou n°9. L'enrochement a été plus soigné.
La zone de départ de ce trou n°9 est surélevée pour que les balles (de golf...) passent au-dessus des têtes des skieurs.
Les blocs utilisés ont été pris sur la zone du pas de tir.
Du travail de précision avec des blocs de plusieurs tonnes.
Les bords de piste qui ont été abîmés pendant les travaux ont été remblayés avec de la terre végétale.









< Cette terre végétale sera ensemencée grâce à la pratique de l'hydroseeding, une pratique qui permet de projeter un mélange d'eau, de fertilisant naturel et de semences.
Une rencontre étonnante : une fourche sortant du terre-plein bordant le pas de tir,
signe que cet emplacement était autrefois une zone agricole
Les supporters sont déjà arrivés...
Faute de train, des skis-roues...
Point final