Ski de fond
Cyril Gaillard sur la route de Sotchi
 
 
 
 
Lundi 16 décembre 2013
 
Cyril Gaillard nous raconte le sprint de Davos dans lequel il s'est particulièrement distingué
 
Si l'équipe de France masculine, emmenée par Maurice Manificat, s'est particulièrement distinguée samedi à Davos sur les épreuves de distance, c'est le Dauphinois Cyril Gaillard qui a été en vedette lors de la deuxième journée.

Lors des qualifications du sprint libre, il est le seul Français à franchir le cut en réalisant le 27ème temps. Lors des phases finales, le Méaudrais du Team Grenoble Isère Nordique prend la 4ème position de son quart. Cyril Gaillard termine finalement à la 20ème place, prouvant que sa sélection gagnée lors du Subaru Nordic Challenge de Bessans était légitime.

Il faut insister sur le bien fondé de ce type de sélections ouvertes qui permettent à des coureurs non cadres des équipes nationales d'avoir leur chance au plus haut niveau.

Cyril nous raconte son week-end de coupe du monde.


< Cyril en reconnaissance à Davos
 
Cyril Gaillard

"Ca y est, nous y voilà, départ jeudi pour le 1er sprint en skate de la saison à Davos. J'ai une grosse envie de bien faire, je me suis préparé pour ça depuis le 1er Mai.

Samedi, nos coéquipiers de la distance font une course énorme, tous dans les points, Momo gagne et Robin finit 6ème. La pression est maintenant sur nous !!!
Après leur course, j'étais en train de tourner sur la piste du sprint, quand Robin, mon pote du Team Grenoble, m'appelle et me dit que la dernière fois qu'il a fait 6ème à Davos, j'y étais, j'avais marqué les points et que maintenant c'était à moi de jouer. C'est un signe c'est sûr, dans les moments comme ça, on en trouve facilement.

La piste du sprint me plaît bien: deux tours dans le stade, un plat montant, une bosse courte mais raide, une bonne relance à faire, une descente, grand virage à droite et rebelote pour une deuxième fois.

La veille, avec mon collègue de chambre Renaud Jay, nous jetons un œil sur la start List. Aoutch !!! 96 énervés (avec les dents qui rayent le parterre) au départ de la qualif' pour seulement 30 places. Les places seront chères, il ne va pas falloir s'oublier.

Matin de la course, j'ai la petite boule au ventre, un peu de mal à manger. Un peu de stress mais je sais que c'est souvent le cas pour moi. Il faut que je chausse les skis à l'échauffement pour que je me calme et que je me concentre sur mon sprint.

 

Me voilà au départ, un seul objectif, mettre tout ce que j'ai et rentrer dans les 30, ces 30 premiers, synonymes de points Coupe du Monde. Une faute d'inattention, vous perdez ½ seconde et c'est la qualif qui s'envole. 30 contents et 66 déçus, c'est encore une fois la dure loi du sport (et comme je vous disais la semaine dernière, ce n'est pas la plus sympa).
Je termine ma course, fais mon plus beau grand écart (malgré ma souplesse loin d'être légendaire) pour jeter la cheville et grappiller ce que je peux comme temps.
Premier réflexe une fois la ligne passée, regarder le tableau qui affiche les temps, 26ème temps. Ca devrait passer, il ne reste pas beaucoup de monde derrière moi. Un Norvégien passe devant moi et je termine 27ème. Put… je suis passé, maintenant tout est possible ! Malheureusement, mes trois acolytes (Roddy, Baptiste et Renaud) ne passent pas pour quelques dixièmes (ça sera pour la prochaine les gars !).
Maintenant place au quart de finale…
Le départ se passe bien, je me place dans le groupe sans m'énerver. Dans le premier gros virage du stade, je m'accroche avec un Suédois (Calle HALFVARSSON), il tombe mais je réussis à tenir debout sur mes skis. Dans le 2ème tour, je me sens bien, je fais un bon plat montant, je me retrouve 3ème au pied de la bosse. Mais là, petit souci, à chaque fois que je plante mon bâton gauche, il ripe je n'arrive pas à planter ce foutu bâton ! Je pense même qu'il est cassé, je jette un œil et c'est mon panier qui a fait un 180° sûrement lors de l'accrochage avec le Suédois. Je monte tant bien que mal la bosse et laisse partir malgré moi les deux de devant. J'ai du mal à relancer, un Allemand me passe et je termine 4ème de ce quart.
Très déçu sur le coup, je n'ai pas pu jouer avec les deux de devant alors que j'aurais pu au moins essayer de jouer la deuxième place, celle qui permet de terminer dans les 12 premiers.

Mais comme le dit si bien Robin qui incarne la sagesse maintenant qu'il est vétéran : " T'aurais aussi pu tomber avec HALFVARSSON et finir 6ème de ton quart et 30ème au final ". Perspicace l'ami !
D'ailleurs, à suivre aujourd'hui son rendez-vous du lundi, toujours un plaisir à lire.

Aujourd'hui, je suis un peu moins déçu, je termine 20ème de cette première Coupe du Monde, ce n'est pas si mal et le plus important c'est que maintenant je sais qu'une place parmi les 12 est possible. Il ne faut pas se mettre de barrière et je ne compte pas le faire pour les prochains sprints…

N'oubliez pas, mon équipe le Team Grenoble Isère Nordique (sans lequel je ne ferai pas ces résultats) recherche des fonds pour subventionner nos stages via le site kisskissbankbank.

Voici l'adresse : http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/objectif-jo-2014-pour-le-team-grenoble-isere-nordique
Il nous reste 300 euros pour arriver à l'objectif, je compte sur vous et un grand merci à ceux qui nous ont déjà aidés.

A bientôt.

Cyril

 
Photos de la famille Gros
 
Départ des qualifs
Qualif'
Le départ de mon quart